794 point 8 (petite bibliothèque vidéoludique)

DILLO HILLS

Participez au classement des meilleurs jeux
sur 794.8 en donnant votre avis sur celui-ci :
Je n\'aime pas du tout.Je m\'ennuie...Moyen mais ça vaC\'est un bon jeuJ\'aime beaucoup ! (^_^)
(1 votes, moyenne: 3,00 sur 5)
Loading ... Loading ...


▶START!

Règles, contrôles :

• Dévaler les collines de plus en plus vite et décoller !
• Attention à l'atterrissage : viser les descentes
• Rebondir sur quelques oiseaux au passage
• Planer, admirer les paysages, le ciel :-)

◊ Flèche du bas pour rouler et atterrir (ou clic souris en bas de l'écran)
◊ Flèche du haut pour planer (ou clic souris en haut de l'écran)

Avis :

Le gameplay proposé par Dillo Hills est aussi simple qu'agréable, inspiré de Tiny Wings pour iOS (lui même tiré de Wavespark). La sensation de décoller est sympa, grâce au zoom arrière. Les graphismes m'ont remis en mémoire deux grandes techniques qui étaient utilisées à l'époque des ordinateurs 16bits comme l'Amiga ou l'Atari ST.

La première c'est les dégradés de couleurs pour le ciel. Aujourd'hui ça semble totalement banal, mais à l'époque où les ordinateurs ne pouvaient afficher simultanément qu'un petit nombre de couleurs (16 pour le ST), certains programmeurs trouvaient des ruses pour en afficher plus, souvent dans le ciel du décor avec de beaux dégradés. Le must du must, sur Amiga notamment, c'était la possibilité de changer la palette de couleurs en temps réel (c'est-à-dire sans interrompre le jeu :-) ) pour par exemple transformer un ciel matinal en dégradé de blanc et bleu en coucher de soleil aux couleurs orangées. Bref, tout ça semble absurde aujourd'hui où il est facile de choisir les couleurs et les graphismes d'un jeu sans grosses contraintes techniques. Reste que si on est moins impressionnés par la technique que jadis, j'aime beaucoup le ciel de Dillo Hills, et c'est un élément important du jeu puisqu'il faut précisément parvenir à y maintenir notre personnage le plus longtemps possible.

La deuxième technique est elle aussi fortement liée aux jeux en 2D. Très souvent dans ces jeux l'écran défile (on parle de scrolling) de haut en bas, de gauche à droite, voire dans toutes les directions. Une manière de simuler la profondeur, de représenter des éléments en avant plan et d'autres à l'arrière, est de programmer des scrollings différentiels en jouant sur la vitesse de défilement (comme le paysage dans un train, le premier plan défilera plus rapidement). Regardez les nuages de Dillo Hills : c'est cette technique qui est utilisée. Non seulement ils défilent à différentes vitesses de gauche à droite mais aussi leur position verticale s'ajuste en fonction de la hauteur de votre personnage. Bref, là aussi ça peut sembler anodin mais un jeu comme Dillo Hills, s'il était sorti sur les machines du début des années 1990, aurait scotché tout le monde par sa beauté et sa maîtrise technique. Ce fut le cas de Shadow of The Beast, sur Amiga, qui était considéré à sa sortie en 1989 comme l'un des jeux les plus impressionnants jamais créés (comme disait Dany Boolauck dans le Tilt n°71, nov 89 "128 couleurs à l'écran et 13 niveaux de scrolling différentiel : du travail d'artiste" ;-)  ). Pour vous donner une idée des capacités des différentes machines de l'époque, voyez cette vidéo qui compare plusieurs versions, dont celle pour Amiga à 5mn42.

  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • Netvibes
Aucun commentaire





HYDORAH

Participez au classement des meilleurs jeux
sur 794.8 en donnant votre avis sur celui-ci :
Je n\'aime pas du tout.Je m\'ennuie...Moyen mais ça vaC\'est un bon jeuJ\'aime beaucoup ! (^_^)
(2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading ... Loading ...


▶TÉLÉCHARGER!
(via)
mise à jour 20100609 : le site de locomalito ne répond plus actuellement (rançon du succès?), vous pouvez télécharger le jeu ici également

Règles, contrôles :

• Un authentique scénario de shmup qui tiendrait sur un timbre poste
• Un vaisseau spatial, que vous dirigez
• récoltez les capsules pour améliorer vos armes
• anticipez les trajectoires des vaisseaux adverses et de leurs tirs, puis apprenez-les par cœur
• affrontez les boss de fin de niveaux
• évitez de vous écraser dans le décor
• évitez les projectiles et les ennemis
• et surtout : shoot them up, descendez-les tous ! :-D

◊ Les flèches du clavier pour se déplacer
◊ les touches Z et X pour tirer
◊ peut aussi se jouer à la manette
◊ plus d'infos dans la notice du jeu

Installation, Configuration :

- téléchargez  à partir du lien ci-dessus le fichier hydorah.zip
- décompressez le contenu de ce fichier zip (par exemple avec 7-Zip) et collez-le où vous voulez dans votre disque dur
- lancez le fichier hydorah.exe
- appuyez plusieurs fois sur Z, qui est la touche action par défaut
- vous pouvez modifier la configuration dans le jeu en allant dans "key config"

Avis :

Attention cette fois on ne plaisante plus. Du tout. Si vous en avez assez des petits jeux pour mauviettes, ce programme est fait pour vous, les hardcore gamers, les vrais, qui aiment l'exploit et les crampes aux doigts. Hydorah est un shmup, un shoot them up. C'est-à-dire un représentant d'un genre fondateur du jeu vidéo, descendant d'une longue lignée issue de vénérables ancêtres : Space Invaders date de 1978, et si on veut chercher plus loin, on peut même remonter jusqu'à Spacewar en 1962.

Hydorah est un petit bijou inspiré des shoot'em up à scrollings horizontaux des années 80 et 90. On pense en y jouant aux vieux Darius, Aleste, ou Thunderforce. Locomalito, le créateur d'Hydorah, cite également R-Type, Gradius et Space Manbow comme influences. Pour autant son shoot ne se contente pas de recopier ces classiques, il contient aussi des éléments plus modernes qui lui sont propres : "Think of this game as a bastard son of the classics: it has the genes, but it's not a clone of one or other. It has a lot of original content, so I hope you understand my intentions when you also notice something familiar with the old times ;-) "

Son créateur l'a fignolé pendant trois ans. Vu le résultat, on sent qu'il a travaillé comme un orfèvre de la programmation, un artisan du jeu vidéo, appliqué et passionné.

Tout est réalisé avec amour du détail. Les graphismes sont fins, les animations réussies, le gameplay est parfaitement réglé, les musiques tout à fait dans le style des anciennes productions Konami. La difficulté est très élevée mais cela est tout à fait revendiqué par Locomalito qui explique son credo quant à la création de jeux. Attention, Hydorah n'est pas totalement sadique, on sent bien qu'il est toujours possible de progresser en s'appliquant. Sévère mais juste en quelque sorte ;-) . D'ailleurs on ne retrouve pas cet élément de design des vieux shoot qui imposait de tapoter le bouton frénétiquement pour tirer le plus vite possible. Le champion japonais Takahashi Meijin parvenait ainsi dans les années 80 à tirer 16 fois par seconde! En 2010 il suffit (tout se perd) de le laisser le bouton enfoncé et c'est tant mieux!

Le soin apporté à la réalisation du jeu dépasse le cadre du programme lui-même. En bas de la page consacrée à Hydorah sur le site de son créateur, vous trouverez plusieurs fichiers pdf dont la notice et la jaquette pour boîtier dvd. De plus, le jeu est distribué gratuitement, sous licence creative commons by-nc-nd. Cela signifie que l'auteur vous autorise à reproduire, distribuer et communiquer cette création au public. C'est-à-dire que si vous êtes en bibliothèque ou espace numérique public, vous pouvez inclure Hydorah à vos collections physiques : vous le gravez sur un cd, imprimez notice et pochette et le tour est joué! Et ça, je trouve, c'est beau et classe comme un millier de boulettes à l'assaut d'un processeur saturé.

Pour aller plus loin :

- Le site de Locomalito
- Shmup.com , archives et musée du shoot them up
- Le chapitre de Japan Arcade Mania consacré aux shmups, c'est-à-dire le quatrième (pages 68 à 91) "L'enfer des boulettes". D'ailleurs je vous propose de faire gagner ce livre à votre bibliothèque.

  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • Netvibes
4 Commentaires





THIEVING RACCOON

Participez au classement des meilleurs jeux
sur 794.8 en donnant votre avis sur celui-ci :
Je n\'aime pas du tout.Je m\'ennuie...Moyen mais ça vaC\'est un bon jeuJ\'aime beaucoup ! (^_^)
(2 votes, moyenne: 3,50 sur 5)
Loading ... Loading ...


▶START!

Règles, contrôles :

• Évitez les lampes torches et faites les poches des gardiens pour gagner un point
• Les pièces dans les poches réapparaissent régulièrement
• Accumulez autant de points que possible sans vous faire prendre
• Vous avez 3 vies : si vous êtes pris trois fois le score est remis à 0
• Tous les 30 points vous gagnez une vie supplémentaire
• Le mode de jeu B est moins prédictible que le A

◊ flèches du clavier pour se déplacer
◊ espace pour faire les poches
◊ clic gauche pour activer les boutons (choisir entre deux modes de jeu, afficher l'heure ou les scores)

Avis :

Thieving Raccoon est le jeu présenté par Scott Warren à la compétition Bootleg Demakes organisée par Tigsource en 2008.

Vous connaissez le terme remake, mais faire un demake c'est quoi? C'est créer une adaptation d'un jeu en s'imposant des contraintes techniques d'un autre âge par rapport à la date d'édition du jeu d'origine. Par exemple, adapter un jeu vidéo sur une machine ancienne, faire une adaptation en 2D dans une résolution très faible d'un jeu en 3D haute définition. Comme si on tournait aujourd'hui un remake de Terminator 2 avec le même matériel que celui utilisé au temps du cinéma muet en noir et blanc. Oui, vous avez compris, un pur plaisir de geek :-)

Or donc notre jeu du jour est issu d'un concours de demakes. Vous vous souvenez des "jeux électroniques" comme on les appelait dans les années 1980 ? En quelque sorte les ancêtres des consoles portables d'aujourd'hui. Chez Nintendo ces jeux à cristaux liquides étaient appelés des Game & Watch, il en est sorti plusieurs dizaines de 1980 à 1991.

Le jeu de Scott Warren reproduit tout à fait les sensations que pouvaient procurer ces jeux. Le gameplay est très rigide, l'affichage en noir et blanc avec en gris les différentes positions que peuvent prendre les éléments graphiques. Les bruitages sont de simples bips et le score est la principale source de motivation. Le tout est très répétitif. Ça donne envie, n'est-ce pas ;-) ?

(découvert via Bytejacker)

PS : Si vous voulez en savoir plus sur les Game & Watch il existe UN livre à ne pas louper! Il s'agit de L'histoire de Nintendo, volume 2, 1980 - 1991 L'étonnante invention : les Game & Watch, par Florent Gorges, aux éditions Pix'n Love (isbn 9782918272052). Je vous le recommande chaudement.

Related Posts with Thumbnails
  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • Netvibes
1 commentaire