794 point 8 (petite bibliothèque vidéoludique)

DILLO HILLS

Participez au classement des meilleurs jeux
sur 794.8 en donnant votre avis sur celui-ci :
Je n\'aime pas du tout.Je m\'ennuie...Moyen mais ça vaC\'est un bon jeuJ\'aime beaucoup ! (^_^)
(1 votes, moyenne: 3,00 sur 5)
Loading ... Loading ...


▶START!

Règles, contrôles :

• Dévaler les collines de plus en plus vite et décoller !
• Attention à l'atterrissage : viser les descentes
• Rebondir sur quelques oiseaux au passage
• Planer, admirer les paysages, le ciel :-)

◊ Flèche du bas pour rouler et atterrir (ou clic souris en bas de l'écran)
◊ Flèche du haut pour planer (ou clic souris en haut de l'écran)

Avis :

Le gameplay proposé par Dillo Hills est aussi simple qu'agréable, inspiré de Tiny Wings pour iOS (lui même tiré de Wavespark). La sensation de décoller est sympa, grâce au zoom arrière. Les graphismes m'ont remis en mémoire deux grandes techniques qui étaient utilisées à l'époque des ordinateurs 16bits comme l'Amiga ou l'Atari ST.

La première c'est les dégradés de couleurs pour le ciel. Aujourd'hui ça semble totalement banal, mais à l'époque où les ordinateurs ne pouvaient afficher simultanément qu'un petit nombre de couleurs (16 pour le ST), certains programmeurs trouvaient des ruses pour en afficher plus, souvent dans le ciel du décor avec de beaux dégradés. Le must du must, sur Amiga notamment, c'était la possibilité de changer la palette de couleurs en temps réel (c'est-à-dire sans interrompre le jeu :-) ) pour par exemple transformer un ciel matinal en dégradé de blanc et bleu en coucher de soleil aux couleurs orangées. Bref, tout ça semble absurde aujourd'hui où il est facile de choisir les couleurs et les graphismes d'un jeu sans grosses contraintes techniques. Reste que si on est moins impressionnés par la technique que jadis, j'aime beaucoup le ciel de Dillo Hills, et c'est un élément important du jeu puisqu'il faut précisément parvenir à y maintenir notre personnage le plus longtemps possible.

La deuxième technique est elle aussi fortement liée aux jeux en 2D. Très souvent dans ces jeux l'écran défile (on parle de scrolling) de haut en bas, de gauche à droite, voire dans toutes les directions. Une manière de simuler la profondeur, de représenter des éléments en avant plan et d'autres à l'arrière, est de programmer des scrollings différentiels en jouant sur la vitesse de défilement (comme le paysage dans un train, le premier plan défilera plus rapidement). Regardez les nuages de Dillo Hills : c'est cette technique qui est utilisée. Non seulement ils défilent à différentes vitesses de gauche à droite mais aussi leur position verticale s'ajuste en fonction de la hauteur de votre personnage. Bref, là aussi ça peut sembler anodin mais un jeu comme Dillo Hills, s'il était sorti sur les machines du début des années 1990, aurait scotché tout le monde par sa beauté et sa maîtrise technique. Ce fut le cas de Shadow of The Beast, sur Amiga, qui était considéré à sa sortie en 1989 comme l'un des jeux les plus impressionnants jamais créés (comme disait Dany Boolauck dans le Tilt n°71, nov 89 "128 couleurs à l'écran et 13 niveaux de scrolling différentiel : du travail d'artiste" ;-)  ). Pour vous donner une idée des capacités des différentes machines de l'époque, voyez cette vidéo qui compare plusieurs versions, dont celle pour Amiga à 5mn42.

  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • Netvibes
Aucun commentaire





TENNIS GAME

Participez au classement des meilleurs jeux
sur 794.8 en donnant votre avis sur celui-ci :
Je n\'aime pas du tout.Je m\'ennuie...Moyen mais ça vaC\'est un bon jeuJ\'aime beaucoup ! (^_^)
Loading ... Loading ...


▶START!

Règles, contrôles :

• Un match se joue  en 3 sets gagnants

◊ Les flèches du clavier pour se déplacer
◊ Espace pour frapper
◊ En même temps qu'on frappe, on peut utiliser les flèches du clavier pour donner une direction (gauche-droite) ou une longueur à la balle (haut-bas)
◊ Pour servir, appuyer sur espace une première fois pour lancer la balle et une deuxième fois pour frapper

Avis :

Pas facile de trouver un jeu de tennis agréable à jouer sur navigateur web. Dans ce type de jeu les sensations sont très importantes. Le gameplay doit être finement réglé pour que le jeu ne soit ni trop difficile ni trop aisé. Et par dessus tout, on doit avoir le sentiment que si l'on perd, c'est entièrement de notre faute et pas à cause de contrôles imprécis ou des comportements étranges de la balle. Je vous épargne les liens vers les nombreux jeux au gameplay bâclé, buggés ou inintéressants que j'ai essayés et que je n'ai pas retenus pour 794.8

Le jeu de Taro Ito (Gamedesign), lui,  est plutôt réussi. Il est très sobre d'aspect mais le plus important est là : le gameplay! Pour le dire rapidement, il m'a un peu rappelé l'extraordinaire Final Match Tennis sorti en 1991 sur la console PC Engine. Notez bien le "un peu" car il ne faut pas exagérer, Tennis Game est bien sûr un jeu plus modeste et moins profond. Mais il n'empêche que certaines situations de jeu m'y ont fait penser.

Les déplacements sont importants, vous aurez à cœur de bien placer votre joueur avant de frapper la balle, et ensuite vous pouvez donner une direction ou une longueur lors de la frappe. Différents adversaires sont disponibles, chacun étant plus ou moins habile en coup droit, revers, service et jeu de jambes. Au début, il n'est pas si évident que ça de faire des échanges mais vous sentez que c'est possible en se plaçant correctement et en frappant au bon moment. Puis lorsque vous parvenez à balader l'adversaire de droite à gauche avant de terminer par une volée croisée, vous avez la sensation d'avoir réussi à construire le point, et le plaisir d'avoir maîtrisé le jeu.

Bon, je me suis peut-être un peu laissé emporter  en comparant ce petit jeu flash à FMT. On peut regretter que l'animation ne soit pas plus fluide et qu'on ne puisse pas y jouer à deux mais il est tout de même assez agréable à jouer pour peu qu'on fasse l'effort de s'y accrocher quelques minutes pour le prendre en main.

  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • Netvibes
1 commentaire





ENOUGH PLUMBERS

Participez au classement des meilleurs jeux
sur 794.8 en donnant votre avis sur celui-ci :
Je n\'aime pas du tout.Je m\'ennuie...Moyen mais ça vaC\'est un bon jeuJ\'aime beaucoup ! (^_^)
(4 votes, moyenne: 4,50 sur 5)
Loading ... Loading ...


▶START!

Règles, contrôles :

• Un plombier moustachu
• Des pièces à ramasser pour le cloner
• Un drapeau à atteindre pour finir le niveau
• Des ennemis sur lesquels sauter, des pièges, des interrupteurs, des pouvoirs spéciaux...

◊ Les flèches de gauche, droite et haut du clavier pour vous déplacer et sauter
◊ Espace pour recommencer un niveau
◊ Vous dirigez tous les clones à la fois
◊ Il suffit d'atteindre le drapeau avec un seul clone pour passer au niveau suivant

Avis :

Attention ceci *n'est pas* un clone de Mario. Ou plutôt si. Mais non. C'est un jeu dans lequel vous allez *faire* des clones de Mario, dont le gameplay fait parfois penser à Mario, bien que pas vraiment :-D . Bref, en le voyant on pense bien sûr à Super Mario Bros, mais ce n'est pas là le principal intérêt du jeu. C'est un jeu de plates-formes et de réflexion, il faut se creuser un peu la tête pour trouver comment finir le niveau. Comme le dit un des auteurs : "Clones cloning clones. A puzzle platformer".

Ce que je trouve très original et agréable, c'est ce système de clones, car au final il renouvelle l'approche de la barre de vie. Je m'explique.

Dans un système de jeu plus traditionnel vous n'auriez contrôlé qu'un seul personnage qui, une fois touché par un ennemi, mourrait instantanément, vous obligeant à recommencer le niveau. Comme dans Rick Dangerous par exemple. C'est le fameux "die and retry" si présent dans le gameplay des jeux des années 1980-90, et qu'aujourd'hui nous trouvons si intransigeants.

Deuxième possibilité, la barre de vie. À chaque collision avec un ennemi, vous perdez un peu de vie, votre avatar pouvant continuer sa progression tant qu'il lui reste de l'énergie, avec en général un petit moment d'invincibilité. Comme par exemple dans Castlevania.

Ici, vous contrôlez tous les clones en même temps. Il suffit cependant d'en sauver un seul. Du coup, vous vous focalisez sur quelques-uns seulement pour sauter les plates-formes et tandis que ce petit groupe progresse vers la sortie, les clones précédemment générés se perdent bien souvent un peu n'importe où dans le niveau, tombent dans le vide, ou se trouvent à des endroits où votre groupe principal est déjà passé. Et si tous les clones de votre premier groupe meurent, le niveau n'est pas fini car il reste les autres, et vous pouvez continuer le niveau avec eux, depuis l'endroit où ils se trouvent. C'est très ingénieux et ça donne un feeling que je ne me souviens pas avoir déjà rencontré dans un jeu comme celui là. Bon ok, en creusant un peu on pourrait penser à Lemmings, mais dans Enough Plumbers la composante action et plates-formes est plus présente que la réflexion et les sensations de jeu sont bien différentes.

Enfin il faut également préciser que ce système de clones ne sert pas uniquement de barre d'énergie. Dans certains niveaux vous devrez parvenir à amener vos différents clones en différents endroits pour ouvrir le chemin vers le drapeau. Le niveau 9 est un parfait exemple de ça. Sachant que tous répondent en même temps à chaque direction que vous leur imprimez, cela n'est parfois pas évident et oblige à faire preuve de pas mal d'habileté et de réflexion.

Plus loin :

Les sites des développeurs : Glen Forrester (Radix) et Arthur Lee (Mr Podunkian).

Pour la petite histoire, Enough Plumbers est tiré d'un autre jeu appelé Enough Marios, créé par Glen Forrester en deux heures, comme l'exige la compétition du Klik of the Month Klub duquel il est issu. Un mois après, avec l'aide d'Arthur Lee, Glen a voulu améliorer le jeu. Et c'est cette nouvelle version que vous pouvez jouer sur notdoppler, qui l'a acheté.

La compétition Klik of the Month exige également que les jeux soient créés en utilisant Klik & Play. C'est un des logiciels de Clickteam, une société créée en 1994 par François Lionet, Yves Lamoureux et Francis Poulain. François Lionet était d'ailleurs déjà connu des passionnés d'informatique de loisirs comme on disait du temps de l'amiga et de l'atari st car il avait participé à la création des Basic Stos et Amos. Deux logiciels qui permettaient à des amateurs de se lancer dans la création de jeux vidéo sans avoir à tout programmer à partir de rien. On pourrait voir ces logiciels comme des outils précurseurs de l'émergence récente de la scène indépendante et amateur dont il est si souvent question sur 794point8.

(découvert via Bytejacker)

Related Posts with Thumbnails
  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • Netvibes
Aucun commentaire