794 point 8 (petite bibliothèque vidéoludique)

DILLO HILLS

Participez au classement des meilleurs jeux
sur 794.8 en donnant votre avis sur celui-ci :
Je n\'aime pas du tout.Je m\'ennuie...Moyen mais ça vaC\'est un bon jeuJ\'aime beaucoup ! (^_^)
(1 votes, moyenne: 3,00 sur 5)
Loading ... Loading ...


▶START!

Règles, contrôles :

• Dévaler les collines de plus en plus vite et décoller !
• Attention à l'atterrissage : viser les descentes
• Rebondir sur quelques oiseaux au passage
• Planer, admirer les paysages, le ciel :-)

◊ Flèche du bas pour rouler et atterrir (ou clic souris en bas de l'écran)
◊ Flèche du haut pour planer (ou clic souris en haut de l'écran)

Avis :

Le gameplay proposé par Dillo Hills est aussi simple qu'agréable, inspiré de Tiny Wings pour iOS (lui même tiré de Wavespark). La sensation de décoller est sympa, grâce au zoom arrière. Les graphismes m'ont remis en mémoire deux grandes techniques qui étaient utilisées à l'époque des ordinateurs 16bits comme l'Amiga ou l'Atari ST.

La première c'est les dégradés de couleurs pour le ciel. Aujourd'hui ça semble totalement banal, mais à l'époque où les ordinateurs ne pouvaient afficher simultanément qu'un petit nombre de couleurs (16 pour le ST), certains programmeurs trouvaient des ruses pour en afficher plus, souvent dans le ciel du décor avec de beaux dégradés. Le must du must, sur Amiga notamment, c'était la possibilité de changer la palette de couleurs en temps réel (c'est-à-dire sans interrompre le jeu :-) ) pour par exemple transformer un ciel matinal en dégradé de blanc et bleu en coucher de soleil aux couleurs orangées. Bref, tout ça semble absurde aujourd'hui où il est facile de choisir les couleurs et les graphismes d'un jeu sans grosses contraintes techniques. Reste que si on est moins impressionnés par la technique que jadis, j'aime beaucoup le ciel de Dillo Hills, et c'est un élément important du jeu puisqu'il faut précisément parvenir à y maintenir notre personnage le plus longtemps possible.

La deuxième technique est elle aussi fortement liée aux jeux en 2D. Très souvent dans ces jeux l'écran défile (on parle de scrolling) de haut en bas, de gauche à droite, voire dans toutes les directions. Une manière de simuler la profondeur, de représenter des éléments en avant plan et d'autres à l'arrière, est de programmer des scrollings différentiels en jouant sur la vitesse de défilement (comme le paysage dans un train, le premier plan défilera plus rapidement). Regardez les nuages de Dillo Hills : c'est cette technique qui est utilisée. Non seulement ils défilent à différentes vitesses de gauche à droite mais aussi leur position verticale s'ajuste en fonction de la hauteur de votre personnage. Bref, là aussi ça peut sembler anodin mais un jeu comme Dillo Hills, s'il était sorti sur les machines du début des années 1990, aurait scotché tout le monde par sa beauté et sa maîtrise technique. Ce fut le cas de Shadow of The Beast, sur Amiga, qui était considéré à sa sortie en 1989 comme l'un des jeux les plus impressionnants jamais créés (comme disait Dany Boolauck dans le Tilt n°71, nov 89 "128 couleurs à l'écran et 13 niveaux de scrolling différentiel : du travail d'artiste" ;-)  ). Pour vous donner une idée des capacités des différentes machines de l'époque, voyez cette vidéo qui compare plusieurs versions, dont celle pour Amiga à 5mn42.

  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • Netvibes
Aucun commentaire





GLOBETROTTERS

Participez au classement des meilleurs jeux
sur 794.8 en donnant votre avis sur celui-ci :
Je n\'aime pas du tout.Je m\'ennuie...Moyen mais ça vaC\'est un bon jeuJ\'aime beaucoup ! (^_^)
(4 votes, moyenne: 3,75 sur 5)
Loading ... Loading ...


▶START!

Règles, contrôles :

• Vous incarnez un astronaute équipé d'un jet pack, qui peut bondir de planète en planète
• Jouez jusqu'à 4 joueurs simultanément sur un même ordinateur
• Le premier qui arrive à 1000 points gagne la partie
• Lorsqu'une étoile apparaît, attrapez-la avant les autres joueurs, vous obtiendrez 100 points
• Parcourir la surface d'une planète rapporte 1 point par seconde et la fait diminuer jusqu'à disparition
• Lorsqu'une planète disparaît, si un seul joueur la parcourait il obtient 40 points (sinon les points sont divisés par le nombre de joueurs)

◊ Les astronautes marchent automatiquement sur les planètes, vous n'actionnez que le jet pack
◊ laissez plus ou moins longtemps appuyé sur la touche du clavier qui est attribuée à votre joueur pour utiliser le jet pack
◊ votre joueur est toujours propulsé vers le haut

Avis :

La force de ce jeu à un bouton est de permettre à 4 joueurs de s'amuser simultanément sur un même ordinateur, ce qui n'est pas courant. Il est d'ailleurs plus amusant d'y jouer comme cela que contre l'ordinateur dont le niveau n'est pas très élevé.

J'aime bien la façon dont le jeu démarre tout de suite, les personnages étant tout d'abord contrôlés par l'ordinateur avant que vous n'appuyiez sur la touche du personnage que vous voulez incarner. Pas de menu, pas d'écran titre, on est tout de suite plongé dans l'action.

Votre jet pack vous propulsera toujours vers le haut. Et comme les personnages parcourent la surface des planètes et tournoient dans l'espace, pour vous diriger il faut utiliser la propulsion au bon moment, c'est une question de timing.

Même si l'action est parfois confuse, les graphismes sont sympathiques, l'ambiance également. Le système de jeu est simple, bien trouvé. Les sensations du jet pack sont bonnes et la gravitation exercée par les planètes bien rendue.

(découvert via Indie Games)

Related Posts with Thumbnails
  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • Netvibes
Aucun commentaire