794 point 8 (petite bibliothèque vidéoludique)

HYDORAH

Participez au classement des meilleurs jeux
sur 794.8 en donnant votre avis sur celui-ci :
Je n\'aime pas du tout.Je m\'ennuie...Moyen mais ça vaC\'est un bon jeuJ\'aime beaucoup ! (^_^)
(2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading ... Loading ...


▶TÉLÉCHARGER!
(via)
mise à jour 20100609 : le site de locomalito ne répond plus actuellement (rançon du succès?), vous pouvez télécharger le jeu ici également

Règles, contrôles :

• Un authentique scénario de shmup qui tiendrait sur un timbre poste
• Un vaisseau spatial, que vous dirigez
• récoltez les capsules pour améliorer vos armes
• anticipez les trajectoires des vaisseaux adverses et de leurs tirs, puis apprenez-les par cœur
• affrontez les boss de fin de niveaux
• évitez de vous écraser dans le décor
• évitez les projectiles et les ennemis
• et surtout : shoot them up, descendez-les tous ! :-D

◊ Les flèches du clavier pour se déplacer
◊ les touches Z et X pour tirer
◊ peut aussi se jouer à la manette
◊ plus d'infos dans la notice du jeu

Installation, Configuration :

- téléchargez  à partir du lien ci-dessus le fichier hydorah.zip
- décompressez le contenu de ce fichier zip (par exemple avec 7-Zip) et collez-le où vous voulez dans votre disque dur
- lancez le fichier hydorah.exe
- appuyez plusieurs fois sur Z, qui est la touche action par défaut
- vous pouvez modifier la configuration dans le jeu en allant dans "key config"

Avis :

Attention cette fois on ne plaisante plus. Du tout. Si vous en avez assez des petits jeux pour mauviettes, ce programme est fait pour vous, les hardcore gamers, les vrais, qui aiment l'exploit et les crampes aux doigts. Hydorah est un shmup, un shoot them up. C'est-à-dire un représentant d'un genre fondateur du jeu vidéo, descendant d'une longue lignée issue de vénérables ancêtres : Space Invaders date de 1978, et si on veut chercher plus loin, on peut même remonter jusqu'à Spacewar en 1962.

Hydorah est un petit bijou inspiré des shoot'em up à scrollings horizontaux des années 80 et 90. On pense en y jouant aux vieux Darius, Aleste, ou Thunderforce. Locomalito, le créateur d'Hydorah, cite également R-Type, Gradius et Space Manbow comme influences. Pour autant son shoot ne se contente pas de recopier ces classiques, il contient aussi des éléments plus modernes qui lui sont propres : "Think of this game as a bastard son of the classics: it has the genes, but it's not a clone of one or other. It has a lot of original content, so I hope you understand my intentions when you also notice something familiar with the old times ;-) "

Son créateur l'a fignolé pendant trois ans. Vu le résultat, on sent qu'il a travaillé comme un orfèvre de la programmation, un artisan du jeu vidéo, appliqué et passionné.

Tout est réalisé avec amour du détail. Les graphismes sont fins, les animations réussies, le gameplay est parfaitement réglé, les musiques tout à fait dans le style des anciennes productions Konami. La difficulté est très élevée mais cela est tout à fait revendiqué par Locomalito qui explique son credo quant à la création de jeux. Attention, Hydorah n'est pas totalement sadique, on sent bien qu'il est toujours possible de progresser en s'appliquant. Sévère mais juste en quelque sorte ;-) . D'ailleurs on ne retrouve pas cet élément de design des vieux shoot qui imposait de tapoter le bouton frénétiquement pour tirer le plus vite possible. Le champion japonais Takahashi Meijin parvenait ainsi dans les années 80 à tirer 16 fois par seconde! En 2010 il suffit (tout se perd) de le laisser le bouton enfoncé et c'est tant mieux!

Le soin apporté à la réalisation du jeu dépasse le cadre du programme lui-même. En bas de la page consacrée à Hydorah sur le site de son créateur, vous trouverez plusieurs fichiers pdf dont la notice et la jaquette pour boîtier dvd. De plus, le jeu est distribué gratuitement, sous licence creative commons by-nc-nd. Cela signifie que l'auteur vous autorise à reproduire, distribuer et communiquer cette création au public. C'est-à-dire que si vous êtes en bibliothèque ou espace numérique public, vous pouvez inclure Hydorah à vos collections physiques : vous le gravez sur un cd, imprimez notice et pochette et le tour est joué! Et ça, je trouve, c'est beau et classe comme un millier de boulettes à l'assaut d'un processeur saturé.

Pour aller plus loin :

- Le site de Locomalito
- Shmup.com , archives et musée du shoot them up
- Le chapitre de Japan Arcade Mania consacré aux shmups, c'est-à-dire le quatrième (pages 68 à 91) "L'enfer des boulettes". D'ailleurs je vous propose de faire gagner ce livre à votre bibliothèque.

  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • Netvibes
4 Commentaires





SAMOROST

Participez au classement des meilleurs jeux
sur 794.8 en donnant votre avis sur celui-ci :
Je n\'aime pas du tout.Je m\'ennuie...Moyen mais ça vaC\'est un bon jeuJ\'aime beaucoup ! (^_^)
(11 votes, moyenne: 4,55 sur 5)
Loading ... Loading ...


▶START!

Règles, contrôles :

• Vous êtes un petit personnage sur un astéroïde. Lorsque vous vous apercevez d'une collision imminente avec un autre astéroïde, vous décidez de prendre votre fusée et de vous rendre sur ce dernier. Dès votre arrivée, vous faites d'étranges rencontres...

◊ Tout se joue à la souris, vous pointez les éléments (aussi bien objets que personnages) sur l'écran
◊ lorsque le curseur se transforme en main, il s'agit d'un élément sur lequel vous pouvez agir
◊ vous cliquez alors dessus avec le bouton gauche

Avis :

Samorost est un jeu d'aventure sorti en 2003, fruit du travail de fin d'études de Jakub Dvorsky, alors étudiant à l'académie des arts de Prague. En tchèque "samorost" désigne du bois flotté, c'est-à-dire du bois qui a subi l'action de l'eau, du vent, près d'un rivage.

Le succès du jeu vient du soin apporté à la réalisation. Les graphismes sont le premier élément qui lui confère son originalité. Je les trouve magnifiques, ils sont pour la plupart issus de textures de bois (d'où le titre), de mousses forestières assemblées de façon à créer des paysages surprenants. Les personnages sont également très bien animés, et la musique ainsi que les bruitages font beaucoup pour l'ambiance étrange et reposante de ce titre.

L'interface se fait oublier puisqu'il suffit de pointer à la souris et de cliquer (seul le bouton gauche est utile). En cela il rappelle les jeux d'aventures "point and click" tels que les faisait Lucasfilm Games ou Delphine à la fin des années 1980. Il s'en écarte cependant sur plusieurs points.

Il n'y a aucun dialogue dans Samorost. Vous ne disposez d'aucun inventaire dans lequel récolter ou assembler des objets, pas de liste de verbes parmi lesquels choisir telle ou telle action. Le gameplay est très simple, très pur. L'aventure est très courte. Il s'agit en fait de résoudre une succession de petites énigmes, afin de passer à l'écran suivant pour faire progresser l'histoire, qui se déroule de façon linéaire (c'est-à-dire telle que prévue par le créateur du jeu, dans un ordre précis, sans que vous puissiez revenir sur vos pas).

Résoudre un puzzle consiste à trouver les éléments cliquables à l'écran puis l'ordre dans lequel agir sur eux. Dit comme ça, ça donne quasiment autant envie que remplir une feuille de tableur, je sais. Mais le plaisir du jeu vient de la découverte des interactions possibles, des petites animations qui se jouent lorsqu'on clique, des éléments interactifs posés là pour le plaisir parmi ceux faisant réellement avancer la narration.

Un exemple? Sur le premier écran de jeu, votre personnage vient d'atterrir sur l'astéroïde. Il est tombé au fond d'une vallée de laquelle sort un remonte pente. Un peu partout sur les collines avoisinantes des personnages sont occupés à faire de la cueillette. Au premier plan l'un d'entre eux se repose en fumant un narguilé. À côté de lui une boîte équipée d'une serrure et d'un bouton rouge.
Vous cliquez sur le bouton, il s'enfonce mais rien ne se passe. Vous cliquez sur un cueilleur d'herbe, il se contente de faire un petit tour avant de revenir à sa place. Vous cliquez sur le narguilé, le fumeur finit par le poser. Vous introduisez alors le narguilé dans la serrure, un déclic se produit. Ça y est, le bouton rouge actionne maintenant le remonte-pente. Mais le câble n'est pas bien fixé. Un clic dessus pour réparer ça et vous voilà au sommet de la colline, sur des skis. Il faut maintenant trouver comment amener votre bonhomme vers l'écran suivant, indiqué par une flèche à gauche, sachant que lorsque vous lui cliquez dessus, le bougre s'amuse à redescendre la colline. Mais vous avez remarqué un panneau indicateur au sommet, peut-être qu'en l'actionnant ...  etc. etc.

Une sorte de poésie légère et absurde émerge des enchaînements d'actions souvent surprenants nécessaires au déroulement de l'aventure. Enfin, vous pouvez jouer à Samorost avec un tout petit à côté de vous, il prendra plaisir à observer les personnages, décrire ce qui se passe si on clique ici et là, recliquer dessus juste pour le bruitage amusant, etc.  Allez, assez parlé, essayez ce jeu maintenant!

Pour aller plus loin :

Jakub Dvorsky et son studio Amanita design ont ensuite créé Samorost 2 et Machinarium. Dans ces jeux on retrouve le style et les points forts déjà présents dans Samorost, encore plus maîtrisés. Samorost 2 a remporté le prix du meilleur jeu pour navigateur web lors de l'IGF 2007 (Independent Games Festival). À ce même festival, Machinarium remportera le prix de l'excellence visuelle en 2009 après l'Aesthetics Award de l'IndieCade 2008.

Jetez également un œil (ou les deux, écarquillés) à la bande annonce de Kuky se vrací, film d'animation sur lequel a travaillé Jakub Dvorsky.

  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • Netvibes
3 Commentaires





GLOBETROTTERS

Participez au classement des meilleurs jeux
sur 794.8 en donnant votre avis sur celui-ci :
Je n\'aime pas du tout.Je m\'ennuie...Moyen mais ça vaC\'est un bon jeuJ\'aime beaucoup ! (^_^)
(4 votes, moyenne: 3,75 sur 5)
Loading ... Loading ...


▶START!

Règles, contrôles :

• Vous incarnez un astronaute équipé d'un jet pack, qui peut bondir de planète en planète
• Jouez jusqu'à 4 joueurs simultanément sur un même ordinateur
• Le premier qui arrive à 1000 points gagne la partie
• Lorsqu'une étoile apparaît, attrapez-la avant les autres joueurs, vous obtiendrez 100 points
• Parcourir la surface d'une planète rapporte 1 point par seconde et la fait diminuer jusqu'à disparition
• Lorsqu'une planète disparaît, si un seul joueur la parcourait il obtient 40 points (sinon les points sont divisés par le nombre de joueurs)

◊ Les astronautes marchent automatiquement sur les planètes, vous n'actionnez que le jet pack
◊ laissez plus ou moins longtemps appuyé sur la touche du clavier qui est attribuée à votre joueur pour utiliser le jet pack
◊ votre joueur est toujours propulsé vers le haut

Avis :

La force de ce jeu à un bouton est de permettre à 4 joueurs de s'amuser simultanément sur un même ordinateur, ce qui n'est pas courant. Il est d'ailleurs plus amusant d'y jouer comme cela que contre l'ordinateur dont le niveau n'est pas très élevé.

J'aime bien la façon dont le jeu démarre tout de suite, les personnages étant tout d'abord contrôlés par l'ordinateur avant que vous n'appuyiez sur la touche du personnage que vous voulez incarner. Pas de menu, pas d'écran titre, on est tout de suite plongé dans l'action.

Votre jet pack vous propulsera toujours vers le haut. Et comme les personnages parcourent la surface des planètes et tournoient dans l'espace, pour vous diriger il faut utiliser la propulsion au bon moment, c'est une question de timing.

Même si l'action est parfois confuse, les graphismes sont sympathiques, l'ambiance également. Le système de jeu est simple, bien trouvé. Les sensations du jet pack sont bonnes et la gravitation exercée par les planètes bien rendue.

(découvert via Indie Games)

Related Posts with Thumbnails
  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • Netvibes
Aucun commentaire