794 point 8 (petite bibliothèque vidéoludique)

ISOBALL 2

Participez au classement des meilleurs jeux
sur 794.8 en donnant votre avis sur celui-ci :
Je n\'aime pas du tout.Je m\'ennuie...Moyen mais ça vaC\'est un bon jeuJ\'aime beaucoup ! (^_^)
(6 votes, moyenne: 4,00 sur 5)
Loading ... Loading ...


▶START!

Règles, contrôles :

• Une balle à diriger jusqu'au trou
• en modifiant son parcours
• sans la faire tomber

◊ Vous ne contrôlez pas la balle directement
◊ mais disposez des blocs pour tracer son parcours
◊ Les blocs sont en nombre limité
◊ Tout se joue à la souris

Avis :

Un petit jeu de réflexion simple et efficace. Il n'y a aucun ingrédient "action" dans ce jeu, votre habileté/dextérité n'est jamais mise à l'épreuve. Il ressemble de loin à Marble Madness, mais c'est en fait quasiment l'opposé exact ! Il faut réfléchir à une solution, disposer les blocs tranquillement à la souris, tester sa solution en lançant la boule quand on le souhaite, réessayer. On retrouve ce mécanisme dans beaucoup de jeux vidéo, le principe d'apprentissage par essais/erreurs y étant développé depuis longtemps.

Les premiers niveaux sont assez simples et auraient peut-être mérités d'être moins nombreux, mais cela dit ça permet de rendre le jeu accessible aux plus jeunes également. Il s'agit d'abord de se familiariser avec les blocs disponibles, et de les disposer comme le concepteur du jeu l'a prévu pour passer au niveau suivant. Au fur et à mesure qu'on avance dans les niveaux, des blocs nouveaux apparaissent et demandent plus de réflexion pour comprendre où les disposer. Puis la difficulté se corse, on vous propose plus de blocs que nécessaire, il y a des téléporteurs, etc.

Un bonus original est la présence de niveaux "sandbox", ou "bac à sable".

En informatique, un environnement sandbox est un environnement de test, où vous pouvez bidouiller et tester vos logiciels sans crainte de tout abimer (par exemple dans une machine virtuelle, copie de votre machine réelle).

Dans les jeux vidéo, ce terme peut faire référence à la liberté accordée au joueur. Un jeu sandbox offrira au joueur des possibilités moins contraintes, un déroulement moins linéaire. Par exemple Tetris n'est pas un jeu sandbox. Les règles sont établies, le déroulement du jeu linéaire.  Un 'exemple traditionnel de jeu plus libre est  GTA, qui permet au joueur de mettre en pause l'histoire principale, de ne pas faire avancer le scénario pour par exemple passer du temps sur la plage à faire des cascades en moto, ou bien visiter la ville, écouter la radio, etc. Bref, on laisse au joueur la possibilité de s'écarter du scénario prédéfini (déroulement linéaire), ou plutôt de passer son temps comme il le souhaite entre deux points de ce scénario. Oui donc ça reste de toute façon linéaire, on est d'accord :-) Cette notion de "liberté" dans le jeu vidéo est assez complexe (voir aussi cet article sur le gameplay émergent publié dans Gaming en 2004). Comment un jeu d'aventure, où la narration est très importante, peut-il proposer des éléments non linéaires? Si la question vous intéresse, écoutez cet entretien avec Éric Viennot et David Cage.

Mais un jeu vidéo sandbox peut également désigner un gameplay faisant un peu plus appel à la "créativité" du joueur. La aussi, un peu comme pour la "non-linéarité" qui est finalement linéaire, la "créativité" est forcément toujours sous contrainte. En fait, cela désigne souvent des jeux où il n'y a pas de solution unique, où le joueur peut inventer différents moyens de parvenir au but. Généralement ces jeux disposent d'un moteur physique . Grâce auquel on peut essayer différentes interactions entre les objets. Le point limite de cette notion est de construire un jeu sans but à atteindre, où on peut simplement agir sur des éléments et observer le résultat. Cela existe, regardez par exemple Powder Game, il s'agit finalement plus d'un jouet (sans règles, sans but) que d'un jeu.

Mais revenons à Isoball 2. Son mode sandbox consiste en un détournement des règles initiales. Cette fois il ne s'agit plus de trouver comment disposer les blocs fournis en nombre limité pour amener la balle dans le trou. Les blocs sont en quantité infinie, vous devez toujours amener la balle dans le trou, mais en construisant le chemin de sorte que le trajet dure le plus longtemps possible. Vous avez vu un exemple de ce mode dans la vidéo ci-dessus. Il donne un peu plus de liberté au joueur en ce sens qu'il n'existe pas une seule "solution" au niveau, chacun peut inventer différents parcours avec les éléments fournis. Cela apporte un agréable changement de rythme, une respiration par rapport aux règles de base.

  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • Netvibes
Aucun commentaire





HYDORAH

Participez au classement des meilleurs jeux
sur 794.8 en donnant votre avis sur celui-ci :
Je n\'aime pas du tout.Je m\'ennuie...Moyen mais ça vaC\'est un bon jeuJ\'aime beaucoup ! (^_^)
(2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading ... Loading ...


▶TÉLÉCHARGER!
(via)
mise à jour 20100609 : le site de locomalito ne répond plus actuellement (rançon du succès?), vous pouvez télécharger le jeu ici également

Règles, contrôles :

• Un authentique scénario de shmup qui tiendrait sur un timbre poste
• Un vaisseau spatial, que vous dirigez
• récoltez les capsules pour améliorer vos armes
• anticipez les trajectoires des vaisseaux adverses et de leurs tirs, puis apprenez-les par cœur
• affrontez les boss de fin de niveaux
• évitez de vous écraser dans le décor
• évitez les projectiles et les ennemis
• et surtout : shoot them up, descendez-les tous ! :-D

◊ Les flèches du clavier pour se déplacer
◊ les touches Z et X pour tirer
◊ peut aussi se jouer à la manette
◊ plus d'infos dans la notice du jeu

Installation, Configuration :

- téléchargez  à partir du lien ci-dessus le fichier hydorah.zip
- décompressez le contenu de ce fichier zip (par exemple avec 7-Zip) et collez-le où vous voulez dans votre disque dur
- lancez le fichier hydorah.exe
- appuyez plusieurs fois sur Z, qui est la touche action par défaut
- vous pouvez modifier la configuration dans le jeu en allant dans "key config"

Avis :

Attention cette fois on ne plaisante plus. Du tout. Si vous en avez assez des petits jeux pour mauviettes, ce programme est fait pour vous, les hardcore gamers, les vrais, qui aiment l'exploit et les crampes aux doigts. Hydorah est un shmup, un shoot them up. C'est-à-dire un représentant d'un genre fondateur du jeu vidéo, descendant d'une longue lignée issue de vénérables ancêtres : Space Invaders date de 1978, et si on veut chercher plus loin, on peut même remonter jusqu'à Spacewar en 1962.

Hydorah est un petit bijou inspiré des shoot'em up à scrollings horizontaux des années 80 et 90. On pense en y jouant aux vieux Darius, Aleste, ou Thunderforce. Locomalito, le créateur d'Hydorah, cite également R-Type, Gradius et Space Manbow comme influences. Pour autant son shoot ne se contente pas de recopier ces classiques, il contient aussi des éléments plus modernes qui lui sont propres : "Think of this game as a bastard son of the classics: it has the genes, but it's not a clone of one or other. It has a lot of original content, so I hope you understand my intentions when you also notice something familiar with the old times ;-) "

Son créateur l'a fignolé pendant trois ans. Vu le résultat, on sent qu'il a travaillé comme un orfèvre de la programmation, un artisan du jeu vidéo, appliqué et passionné.

Tout est réalisé avec amour du détail. Les graphismes sont fins, les animations réussies, le gameplay est parfaitement réglé, les musiques tout à fait dans le style des anciennes productions Konami. La difficulté est très élevée mais cela est tout à fait revendiqué par Locomalito qui explique son credo quant à la création de jeux. Attention, Hydorah n'est pas totalement sadique, on sent bien qu'il est toujours possible de progresser en s'appliquant. Sévère mais juste en quelque sorte ;-) . D'ailleurs on ne retrouve pas cet élément de design des vieux shoot qui imposait de tapoter le bouton frénétiquement pour tirer le plus vite possible. Le champion japonais Takahashi Meijin parvenait ainsi dans les années 80 à tirer 16 fois par seconde! En 2010 il suffit (tout se perd) de le laisser le bouton enfoncé et c'est tant mieux!

Le soin apporté à la réalisation du jeu dépasse le cadre du programme lui-même. En bas de la page consacrée à Hydorah sur le site de son créateur, vous trouverez plusieurs fichiers pdf dont la notice et la jaquette pour boîtier dvd. De plus, le jeu est distribué gratuitement, sous licence creative commons by-nc-nd. Cela signifie que l'auteur vous autorise à reproduire, distribuer et communiquer cette création au public. C'est-à-dire que si vous êtes en bibliothèque ou espace numérique public, vous pouvez inclure Hydorah à vos collections physiques : vous le gravez sur un cd, imprimez notice et pochette et le tour est joué! Et ça, je trouve, c'est beau et classe comme un millier de boulettes à l'assaut d'un processeur saturé.

Pour aller plus loin :

- Le site de Locomalito
- Shmup.com , archives et musée du shoot them up
- Le chapitre de Japan Arcade Mania consacré aux shmups, c'est-à-dire le quatrième (pages 68 à 91) "L'enfer des boulettes". D'ailleurs je vous propose de faire gagner ce livre à votre bibliothèque.

  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • Netvibes
4 Commentaires





ENOUGH PLUMBERS

Participez au classement des meilleurs jeux
sur 794.8 en donnant votre avis sur celui-ci :
Je n\'aime pas du tout.Je m\'ennuie...Moyen mais ça vaC\'est un bon jeuJ\'aime beaucoup ! (^_^)
(4 votes, moyenne: 4,50 sur 5)
Loading ... Loading ...


▶START!

Règles, contrôles :

• Un plombier moustachu
• Des pièces à ramasser pour le cloner
• Un drapeau à atteindre pour finir le niveau
• Des ennemis sur lesquels sauter, des pièges, des interrupteurs, des pouvoirs spéciaux...

◊ Les flèches de gauche, droite et haut du clavier pour vous déplacer et sauter
◊ Espace pour recommencer un niveau
◊ Vous dirigez tous les clones à la fois
◊ Il suffit d'atteindre le drapeau avec un seul clone pour passer au niveau suivant

Avis :

Attention ceci *n'est pas* un clone de Mario. Ou plutôt si. Mais non. C'est un jeu dans lequel vous allez *faire* des clones de Mario, dont le gameplay fait parfois penser à Mario, bien que pas vraiment :-D . Bref, en le voyant on pense bien sûr à Super Mario Bros, mais ce n'est pas là le principal intérêt du jeu. C'est un jeu de plates-formes et de réflexion, il faut se creuser un peu la tête pour trouver comment finir le niveau. Comme le dit un des auteurs : "Clones cloning clones. A puzzle platformer".

Ce que je trouve très original et agréable, c'est ce système de clones, car au final il renouvelle l'approche de la barre de vie. Je m'explique.

Dans un système de jeu plus traditionnel vous n'auriez contrôlé qu'un seul personnage qui, une fois touché par un ennemi, mourrait instantanément, vous obligeant à recommencer le niveau. Comme dans Rick Dangerous par exemple. C'est le fameux "die and retry" si présent dans le gameplay des jeux des années 1980-90, et qu'aujourd'hui nous trouvons si intransigeants.

Deuxième possibilité, la barre de vie. À chaque collision avec un ennemi, vous perdez un peu de vie, votre avatar pouvant continuer sa progression tant qu'il lui reste de l'énergie, avec en général un petit moment d'invincibilité. Comme par exemple dans Castlevania.

Ici, vous contrôlez tous les clones en même temps. Il suffit cependant d'en sauver un seul. Du coup, vous vous focalisez sur quelques-uns seulement pour sauter les plates-formes et tandis que ce petit groupe progresse vers la sortie, les clones précédemment générés se perdent bien souvent un peu n'importe où dans le niveau, tombent dans le vide, ou se trouvent à des endroits où votre groupe principal est déjà passé. Et si tous les clones de votre premier groupe meurent, le niveau n'est pas fini car il reste les autres, et vous pouvez continuer le niveau avec eux, depuis l'endroit où ils se trouvent. C'est très ingénieux et ça donne un feeling que je ne me souviens pas avoir déjà rencontré dans un jeu comme celui là. Bon ok, en creusant un peu on pourrait penser à Lemmings, mais dans Enough Plumbers la composante action et plates-formes est plus présente que la réflexion et les sensations de jeu sont bien différentes.

Enfin il faut également préciser que ce système de clones ne sert pas uniquement de barre d'énergie. Dans certains niveaux vous devrez parvenir à amener vos différents clones en différents endroits pour ouvrir le chemin vers le drapeau. Le niveau 9 est un parfait exemple de ça. Sachant que tous répondent en même temps à chaque direction que vous leur imprimez, cela n'est parfois pas évident et oblige à faire preuve de pas mal d'habileté et de réflexion.

Plus loin :

Les sites des développeurs : Glen Forrester (Radix) et Arthur Lee (Mr Podunkian).

Pour la petite histoire, Enough Plumbers est tiré d'un autre jeu appelé Enough Marios, créé par Glen Forrester en deux heures, comme l'exige la compétition du Klik of the Month Klub duquel il est issu. Un mois après, avec l'aide d'Arthur Lee, Glen a voulu améliorer le jeu. Et c'est cette nouvelle version que vous pouvez jouer sur notdoppler, qui l'a acheté.

La compétition Klik of the Month exige également que les jeux soient créés en utilisant Klik & Play. C'est un des logiciels de Clickteam, une société créée en 1994 par François Lionet, Yves Lamoureux et Francis Poulain. François Lionet était d'ailleurs déjà connu des passionnés d'informatique de loisirs comme on disait du temps de l'amiga et de l'atari st car il avait participé à la création des Basic Stos et Amos. Deux logiciels qui permettaient à des amateurs de se lancer dans la création de jeux vidéo sans avoir à tout programmer à partir de rien. On pourrait voir ces logiciels comme des outils précurseurs de l'émergence récente de la scène indépendante et amateur dont il est si souvent question sur 794point8.

(découvert via Bytejacker)

Related Posts with Thumbnails
  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • Netvibes
Aucun commentaire